La Guerre des Clans Remember
Bienvenue jeune étranger ! N'aie aucunes craintes envers la forêt, peut-être qu'ainsi elle impressionne, mais elle renferme un grand mystère ... Viens le découvrir, en la pénétrant ! Deviens le guerrier le plus farouche, ou la guerrière la plus douce. Créé ton histoire en foulant le sol de la forêt de Cerfblanc, on attend que toi !



 

Partagez | 
 

 Petite Braise.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Δ Petit
Le chat lumière
Messages : 1162
Date d'inscription : 17/02/2015
Age : 14
MessageSujet: Petite Braise.    Lun 29 Juin 2015, 16:18






Etoile EmbraséeLes souvenirs peuvent être réconfortants comme terrorisants.



C H A T O N
Il y a quelque chose que je ne comprends pas. Ces dizaines de visages qui me déchiffrent chaque jour, chaque matin, chaque soir. Ils vivent avec moi, c'est ma famille me disait Etoile de la Nuée. Pourtant lorsque je croise leurs regards, je ne vois pas la même lueur chaleureuse que lorsqu'ils regardent les autres chatons. Cette lueur ... change, elle est comme invisible, inexistante et j'ai l'impression de plonger dans un hiver sans fin. Toute cette froideur ... Ils ne m'adressent même pas la parole, qu'un seul regard. Quel est ce sentiment au fond de moi ? Mon cœur me fait mal, quelle est cette douleur ? Je ne sais pas, je ne sais rien de toute façon.
Les anciens refusent de me raconter des histoires, et quand je les approche ils me crachent dessus. Je ne comprends pas pourquoi, je les aime bien moi, et j'aimerais connaître ces histoires. Le seul qui m'accepte dans tout le camp c'est mon frère, Nuage de Comète. Il est apprécié par tout le monde et généreux. Il prend toujours soin de moi et je l'admire beaucoup pour sa gentillesse et son calme.

« Dis, Nuage de Comète, tu es guérisseur non ?
- Oui c'est cela, pourquoi ?
- J'ai mal au cœur depuis toujours. Tu peux me guérir ?
- Tu sais Petite Braise, les maladies qui viennent du cœur je ne peux pas les guérir.
- Alors je vais avoir mal toute ma vie ?
- Le seul remède c'est le temps, tout ira mieux lorsqu'il t'auras guéri. »

Je ne comprenais pas ce qu'il me disait, alors j'avais fait mine que si. Cependant le temps comme il disait n'y fit rien, j'étais toujours invisible aux yeux du clan. J'eus donc une résolution, exister. Je ne connaissais qu'une seule méthode pour les attirer vers moi, qu'ils fassent attention à moi : les bêtises. Je ne faisais que ça, un sale coup par-ci, un autre par-là. Seulement les punitions étaient lourdes à porter, je ne faisais que ça de mes journées. Mon seul rêve, c'était d'être chef. J'aimerais avoir le pouvoir sur mon clan, et qu'ils me reconnaissent comme quelqu'un de puissant et que tout le monde m'aime. L'amour et l'amitié sont des choses que j'ignorais.

Je ne savais pas si c'était un miracle ou non, mais j'avais rencontré Nuage de Pie. On aurait dit Nuage de Comète, seulement elle n'était pas de ma famille. C'était plus qu'une amie à mes yeux, je l'admirais. Seulement mon frère sera toujours à la première place, c'est sûr. Sinon ma vie me semblait beaucoup meilleure. Tout le monde me connaissait - m'appréciait pas pour autant - mais j'avais une existence. Une réputation de chaton têtu qui embête tout le monde mais ça me plaisait, c'était toujours mieux que d'être ignoré. Cette popularité attira l'attention de Petite Rivière, la fille d'Etoile de la Nuée. On se ressemblait, on faisait tous les deux les pitres, à la seule différence qu'elle c'était pour passer le temps et moi c'était pour que l'on me voit.

Je ne savais pas si c'était de l'amitié ou de la rivalité, mais on passait beaucoup de temps ensemble. Un jour on s'était mis au défi de manger un champignon, on a commencé à avoir des hallucinations. J'avais vu une pluie de braises s'abattre sur nous deux, et un aigle très affamé qui voulait nous dévorer avant de m'endormir. Lorsque je me suis levé, Nuage de Comète était en colère contre moi. Il m'expliqua que certains champignons sont mortels, et que j'étais insensé. Seulement, il avait beau dire qu'il n'était qu'énervé, je voyais qu'il s'inquiétait juste pour moi.

Le lendemain, je ne supportais plus les commentaires à mon égard. En faite, je remarquai pour la première fois depuis des lunes que rien n'avait changé. Ce sont les mêmes yeux qui se posent sur moi, je ne fais que les agacer alors qu'ils préféraient quand j'étais silencieux. Furieux, je m'étais enfui du camp. Je rêvais d'une fugue, de pouvoir vivre ma propre vie et être libre. Seulement, je croisai Nuage de Pie dans ce qu'elle appelait la "Forêt Pétrifiée". Elle me réconforta, alors que de la neige tombait. Je m'étais juste emporté, car comme elle le disait, mon rêve est toujours de me faire accepter par les autres et pour y arriver je le ferais par n'importe quels moyens.

Un beau matin, je m'aventurais sur les terres ombreuses. Je croisai alors une intruse, qui venait apparemment du Clan de la Rivière. Pour quelqu'un qui n'était pas sur son territoire je la trouvai habituée, même si elle rencontrait un membre de notre clan. Elle était carrément méprisante à mon égard, on aurait dit une membre normale de mon clan. Mystères d'Orient est alors intervenu, et la femelle était vite repartie. Moi aussi d'ailleurs je suis vite rentré, puni par le guerrier. Mais quelques jours après, ayant terminé ma punition je décidai d'aller chasser car le clan semblait affamé. Comme si la malchance me poursuivait, deux guerriers me surprirent : Requiem du Guerrier et Mélodie Orientale. A peine j'étais sorti que je devais retourner au camp, encore puni.

Un jour, Nuage de Pie était revenue affolée dans le camp. Elle disait "Sombre Secret est revenu". Petite Rivière semblait bouleversée, donc je restai avec elle pour la réconforter. Seulement, un autre chaton de mon âge me la prit sous la truffe. "Petit Serpent" il s'appelait. Il me provoqua en me mettant une claque, par laquelle je répliquai.

« Tu te prends pour qui à mettre des baffes là ?!
- Okey, salut les gars, salut Rivière. Qu'est-ce qui vous prend de vous entre-tuer ainsi ?
- Déjà on s'entre-tuais pas et mêle toi de tes affaires ! »

Patte Sombre se tut alors, après mes paroles colériques. Lorsque je croisai le regard de Petit Serpent, je compris qu'entre nous deux ce ne sera jamais rose.

© Jawilsia sur Never Utopia


_________________






-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lgdc-remember.forumactif.org/
avatar
Δ Petit
Le chat lumière
Messages : 1162
Date d'inscription : 17/02/2015
Age : 14
MessageSujet: Re: Petite Braise.    Mar 30 Juin 2015, 18:34






Etoile EmbraséeLa bataille peut être longue mais souvent perdue d'avance.



A P P R E N T I
Je devins apprenti sous le nom de Nuage de Braise. J'étais tellement heureux de sortir enfin de la pouponnière ! Seulement, mon rival était lui aussi novice. Et le pire dans l'histoire, c'est qu'on nous avait attribué le même mentor. Je ne savais pas comment j'allais supporter le mâle arrogant, mais parfois il faut affronter les défis de la vie car c'est la seule voie qu'on nous offre. Notre premier entraînement ne fut qu'un banal tour du territoire. Je le connaissais déjà, mais je fus obligé d'y assister car Nuage de Serpent ne savait même pas à quoi ressemblait un sapin. Une fois au charnier, il me mit au défi d'aller fouiller dedans. L'endroit sinistre ne me plaisait pas, mais j'acceptai quand même, refusant d'être vu comme une mauviette. Cependant, au même moment, des dizaines de rats m'encerclèrent. Ils m'attaquèrent tous en même temps alors que Mirage Nocturne tenta de me sauver.

Finalement je n'eus que des petites blessures. Nos entraînements s'enchainèrent et Nuage de Pie devint guerrière. J'étais heureux pour elle mais tout de même peiné. Comme si cela ne me satisfaisait pas, mon frère mourut dans une escarmouche à la frontière du Clan du Vent. Normalement, les guérisseurs n'entraient pas dans les conflits territoriaux, je ne comprenais donc pas pourquoi un guerrier a osé mettre la patte sur lui. Un jour, je partis chasser avec Nuage des Rivières. Je voulais vérifier quels étaient mes sentiments pour elle, car ils me semblaient différents. Je voulais l'impressionner en chassant un écureuil, ce qui était très rare d'en trouver sur notre territoire. Seulement en le poursuivant dans un arbre, je fis un faux pas et bascula de la branche où j'étais.

Résultat, ma patte arrière droite s'est cassée. Son apparence aussi, vu qu'elle est légèrement tordue. J'ai refusé les soins du guérisseur, ne supportant pas être dans l'antre où régnait encore l'odeur de mon frère. Seulement il m'obligea à me reposer et que je ne devais pas m'entraîner pendant un certain temps. Je fis mine d'accepter, mais continuai à m'entraîner en cachette avec un ami. Lors de ma première assemblée, je rencontrai pleins d'apprentis. Etoile de Cannelle déclara qu'il fallait renier le Clan des Etoiles. Beaucoup protestèrent, dont moi le premier. Tout le monde était surpris par cette décision, grande meneuse qu'elle était.

Un jour, je surpris Nuage de Serpent entraîner dans la Grotte Perdue Nuage des Rivières. Consterné, je les interrompis, trouvant cela insensé. Seulement, Nuage de Serpent le prit mal et n'hésita pas une seconde avant de se jeter sur moi. La bataille dont on rêvait depuis si longtemps avait démarrée. On pouvait se donner tous les coups, il n'y avait que la rage qui nous contrôlait. Mon rival avait beau être fort, je l'étais plus. Mes griffes déchirèrent alors son oreille, blessure qu'il retiendra toute sa vie. Seulement, Nuage des Rivières ne supportait pas voir ses amis se disputer pour elle. Sa décision ne pouvait être changée : elle demanda à couper les ponts avec nous pendant un certain temps.

Etoile de la Nuée décida de me changer de mentor, suite à la disparition de Mirage Nocturne. J'eus donc Tige d'Ephèdre. Je n'étais pas mécontent, surtout que je partageais mon entraînement avec Nuage Hivernal, mon meilleur ami. Il avait beau être exaspérant, froid et méprisant, je l'aimais. Seulement, je ne compris pas que je me faisais influencer par petit à petit, devenant alors comme lui. On était un duo inséparable, et notre puissance était égale. Alors que je m'aventurais sur le territoire du Clan du Tonnerre, je rencontrai Nuage des Abeilles. On avait quelque chose en commun, la solitude, le manque d'affection. On devint vite plus qu'amis et je l'appréciais énormément. Seulement, Coeur de Pie, ma meilleure amie, voyait bien que quelque chose clochait. Pendant une partie de chasse, en me questionnant on a failli être écrasé par un monstre. Enfin elle, a failli être écrasée. M'en voulant plus que tout, je me remis alors en question. Est-ce juste ?

Mon mentor m'a réalisé un entraînement tordu. Je devais lui rapporter un objet du charnier. Cela me rappelait fortement ma première sortie avec Mirage Nocturne mais je pris mon courage et cela en valait peine. Ayant réussi son entraînement, j'étais fier d'avoir affronté ma peur. Un jour alors que je déprimais, je croisai une nouvelle fois Coeur de Pie dans la forêt pétrifié. C'était comme une scène qui se répétait, car elle me réconfortait encore de mon chagrin. Je remarquai que pour moi c'était comme une grande soeur, et ce depuis toujours. Les lunes s'écoulèrent normalement, et j'acquis beaucoup de puissance. Seulement, en rentrant du camp, j'entendis sans faire exprès une discussion entre Nuage de Serpent et Nuage des Rivières.

« Je suis désolée. J'essayais de trouver une solution. J'essayais de savoir quel chemin ne conduirait pas à la catastrophe. Mais je n'ai pas trouvé. Et tu m'as manqué. J'ai laissé mon orgueil de côté et je sais que tu en es capable aussi. Si tu ne l'étais pas, ça n'en vaudrait pas la peine. »

Je ne savais pas si j'avais ressenti de la colère ou du chagrin, les deux sûrement. Couper les ponts pour nous deux hein ? Tu parles. Le coeur gros, je rejoignis le camp où on célébrait mon baptême de guerrier et celui de Nuage Hivernal, devenu Nuit Hivernale. J'appris alors aussi la mort de ma meilleure amie, Coeur de Pie. Ravalant ma peine, je n'avais qu'une seule résolution à présent : devenir chef et accomplir ma vengeance.








© Jawilsia sur Never Utopia


_________________






-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lgdc-remember.forumactif.org/
avatar
Δ Petit
Le chat lumière
Messages : 1162
Date d'inscription : 17/02/2015
Age : 14
MessageSujet: Re: Petite Braise.    Jeu 14 Jan 2016, 23:35






Etoile EmbraséeCe n'est que la première étape vers la gloire.



G U E R R I E R
A vrai dire, la vie m'était devenue complètement différente. Je me sentais seul, trahi, abandonné. J'étais enfin guerrier, c'est vrai, et ça m'a fait toute chose. Seulement il manquait quelque chose, et je ne savais pas ce que c'était.
Mes jours étaient monotones, répétitifs. Je chassais, avec Nuit Hivernale puis parfois on va en patrouille. Quelques jours je rendais visite à ma bien-aimée, prenant des nouvelles et profitant de notre bonheur. Quand vient la nuit je ne dors pas vraiment, je parcours des terres sombres là où mon troisième mentor m'entraînait.
Mais c'est surtout grâce à lui si je suis aussi puissant et rusé. Il m'a appris tellement de techniques, tellement d'astuces pour m'aider dans ce que je voulais : être chef, avoir le pouvoir. Seulement à présent je suis un guerrier, plus un novice et il le savait très bien. Je voyais la peur dans ses yeux grandir nuit après nuit. Il avait peur du monstre qu'il a nourri, peur qu'il le renverse. Et il avait raison d'avoir peur, car c'est ce que je voulais, en finir avec lui. C'est une certaine façon de remercier.
Je vins donc le retrouver dans mes rêves. A la lisière de la forêt squelettique et noire, j'aperçus sa silhouette large et noueuse. Cette ombre se retourna, et deux lueurs perçantes m'observaient, avant de se déplacer. Ses larges pattes striées de langues ténébreuses s'avançaient vers moi et ses iris glacés ne me quittaient pas. Elles exprimaient toujours autant son dégoût de son ancienne vie et cette cruauté malsaine. Assis au milieu de la clairière où il m'avait appris tout son savoir, je ne bougeais pas d'un poil. Ma tête était relevée fièrement, fixant le regard de mon mentor sans ciller.

« Que me veux-tu ? »

Sa voix grave et malsaine faisait frisonner les arbres. Il se tenait debout, face à moi. Mon visage neutre ne le quittait pas. Les deux grands guerriers se tenaient face à face, tel deux montagnes venant s'affronter. Il savait ce que je voulais. Sa question était stupide et il le savait aussi. L'air semblait manquer, comme si nos larges poumons avaient tout aspiré. C'était sec, comme si on aspirait l'humidité. Il y avait cette tension là, entre nous. Nos regards se croisaient, s'affrontaient. Nos corps retenaient leur puissance, déjà prêts à se bondir dessus, les pattes bien ancrées dans le sol. On retenait notre souffle, avant que tout explose.
Avec un élan puissant, je bondis sur ce roc qui semblait inébranlable. Sous mon poids il se renversa en arrière, sa tête percutant le sol avec violence. Un bruit sourd résonna dans la clairière si silencieuse. Pourtant, ce n'était rien, rien du tout. Ma patte maintenue sur sa gorge, mes larges griffes raclant sa peau, il me repoussa d'un coup puissant avec ses pattes arrières. Avant de retomber sur le sol, je pivotai pour retomber sur mes pattes. Ma tête se renversa en arrière, le regard brûlant d'une colère vive.  

« Pas mal le gosse, » grogna le guerrier, ravalant sa salive.

Dans un rugissement, je m'élançai à nouveau vers le prédateur sombre. Seulement, il avait prévu mes actions. D'un coup de patte il me renversa dans mon élan, avant que ses griffes ne déchirent mon épaule. Je ravalai un cri de douleur, roulant sur le côté et répliquant en lui tranchant le flanc, ignorant la chair qui me picotait. Sans avoir le temps de reprendre mon souffle, je mordis avec fougue sa patte arrière. Le mâle à rayures hurla de douleur, tandis que le sang coulait de mes babines. Gardant mon élan, je bondis sur son dos, m'agrippant à ses épaules. Il roula alors sur le côté, m'étouffant de son incroyable masse. Cherchant une issue, je sentis des crocs percer ma patte déformée. Mon cri fut étouffé par la fourrure de mon opposant, tandis que mes poumons se vidaient peu à peu.
Mes griffes tranchèrent alors la peau molle et douce du ventre de Ténèbres Orageux. Il s'écarta alors d'un mouvement vif, créant un arc de gouttes écarlates qui me tomba dessus. Aveuglé, la bête en profita pour se jeter sur moi. Seulement j'étais plus vif. Ma patte se leva en l'air, mes griffes étincelants à la faible luminosité de la lune. Elles traversèrent sa chair au niveau du poitrail, remontant en déchirant sa peau, le sang giclant dans l'air sec. Elles continuèrent leur route, passant par la chair tendre de la gorge, remontant vers la joue avant qu'elles ne retrouvent le vide.
La mâle hurla de douleur, agonisant sur le sol, le sang affluant sur tout son visage, giclant hors de ses veines. Je me retournai alors, le regard vitreux. Mes yeux n'observaient que la bête que tout le monde craignait tant, affaiblie, recroquevillée, piaillant sa souffrance sur le sol, tel un chaton sans défense.

« Bonne nuit. »
 
***

Ma truffe frôla celle de mon apprenti, le regard brillant aux lueurs de la lune. Les acclamations du clan fusèrent, tandis que j'échangeai un regard conquis avec Nuit Hivernale. Nuage du Loup. Si c'était mon novice, c'est bien pour sa patte blessée. Etoile de la Nuée pensait sûrement qu'en lui attribuant un mentor avec la même blessure il apprendrait à mieux s'en servir. Mon poitrail était bombé de fierté, tandis que mon pelage luisait dans la nuit.
Cela faisait des lunes que je ne parlais plus à Rivière et son ami. Ils s'étaient volatilisés de ma vie, tenus à leurs occupations. A vrai dire ça m'allait très bien. Ma vie de guerrier était complète et je m'intégrais parfaitement. On me confiait souvent des patrouilles, bien que les vétérans n'appréciaient pas. Je n'avais que treize lunes après tout, guerrier prématuré pour ses talents. Je les ignorais, prenant mon rôle au sérieux, et ils m'écoutaient en râlant. Je ne suis plus le chaton faible qu'ils pouvaient insulter et battre auparavant, je suis un guerrier performant et puissant, ils sont obligés de s'incliner face à moi.
Seulement, je ne doutais pas que la mort allait encore frapper à mes portes.

« Excuse-moi Regard de Braise. On l'a retrouvé mort. »


Après ces mots, Rivière Indienne baissa son regard, récemment fut guerrière, n'osant pas croiser le mien puis s'en fut. Je ravalai ma salive en observant le cadavre de mon apprenti.
Le clair de lune le nimbait d'une couleur argentée, recouvrant son gris sobre. Il était couché au milieu du camp, comme s'il dormait, les oreilles droites, les yeux clos et les pattes repliées sous lui. Dans la pénombre du Roc du Clan, j'observais d'un oeil distrait mon novice. Il aurait pu faire un si bon guerrier. Ai-je été trop dur avec lui ? La culpabilité retournait mon estomac. Qui dit qu'il ne s'est pas suicidé ? Se jetant sous les pattes d'un monstre ? Qui dit que ce n'était pas juste un accident ? La bouche sèche, je vins me coucher près du corps froid de Nuage du Loup puis fermai les yeux.

Le lendemain, je fus de patrouille de chasse avec Rivière de Fleurs -soeur de Serpent-, Rivière Indienne. Heureusement il y avait mon meilleur ami. Reniflant de mépris, je m'enfonçais entre les pins, voulant chasser pour une fois au grand air. Je débouchai alors sur les Hautes Herbes. Le vent fouettait mon museau et le soleil léchait ma fourrure noire, tandis que sous mes yeux déboula Rivière Indienne, poursuivant sa proie. Seulement, je n'eus pas le temps de la prévenir qu'elle traversa la frontière, trop distraite sur sa chasse. Je la poursuivis alors, avant de remarquer qu'une patrouille adversaire l'avait déjà interceptée. Recroquevillée et les oreilles plaquées contre le crâne, ils avaient l'air d'en vouloir après sa proie morte à ses pattes. Je reconnus certains chats du Clan du Vent. Nuage de Phénix, Flèche de Mousse, Plume Tigrée, Nuage de Perle... J'accourus alors vers ma camarade, montrant les crocs et grognant :

« Si vous lui touchez un seul poil vous allez tâter de mes griffes ! »

Ma voix brûlante fut tranchée par celle de Flèche de Mousse, avant que ma patrouille me rejoigne et que les menaces fusèrent. Certains novices étaient apeurés, d'autres sous adrénaline tandis que les guerriers étaient prêts à en découdre. Ce fut un échec pour Rivière de Fleurs, pacifique, lorsque n'en pouvant plus, je me jetai sur Nuage de Phénix. Partout autour de moi j'entendais frapper, griffer, grogner. J'attrapai alors la patte de mon adversaire avec mes crocs, avant de l'envoyer bouler d'un coup d'épaule. A vrai dire on était pas en avantage. Il ne fait pas sombre et on est à découvert. On ne pouvait que compter sur notre puissance et notre intelligence.

***

Mes crocs étaient plantés dans la nuque de mon ami, tandis que je peinais à porter son corps si lourd et si large. Mes yeux étaient embués d'un chagrin inconsolable. Son regard qui brillait de fougue avait perdu cette lueur, envahit par les ténèbres et le vide. J'avais refusé l'aide de mes camarades, il n'y avait que moi qui le connaissais aussi bien, il ne méritait pas d'être porté par ces stupides félins qui ne l'avaient jamais apprécié. Il méritait mieux. Il méritait de vivre encore longtemps, d'être lieutenant, d'avoir la gloire, d'être heureux. C'était mon seul ami, et, va savoir pourquoi le Clan des Etoiles est si cruel avec moi.
C'était comme une scène qui se répétait. Je voyais au centre de la clairière son corps noueux nimbé d'argent, recouvrant ses ténèbres. Ses oreilles étaient dressée, son visage neutre et tranquille, ce qui me faisait étrange moi qui avais l'habitude de l'entendre râler dans mes oreilles toute la journée. Il avait l'air si paisible, si serein. Je voulais balayer cette expression sur cette visage. Ce n'est plus lui, c'est un autre. Je ravalai mes larmes mais mon corps tremblait de chagrin et de terreur. Que vais-je faire sans toi ?

Les journées s'écoulaient plus lentement qu'avant. Le temps s'aggravait de jour en jour. Je voyais sur les visages de mon clan que cela les inquiétaient de plus en plus. Ce n'était que de la pluie non ? J'avais peut-être tord en disant ça, mais cela m'importait peu. Il n'y avait que le Clan de la Rivière qui devait être en joie. Tous les jours je m'entrainais toujours autant. Je m'étais enfermé dans ma bulle, fantôme colérique hantant les terres ombreuses. Ma mine fatiguée et haineuse ne donnait envie à personne de m'approcher. Ils s'écartaient tous sur mon passage, apeurés ou étonnés, monarque démoniaque. Je n'avais qu'une seule idée en tête, qu'une seule. Le sang. Je voulais voir le sang couler, sentir ce goût métallique sur ma langue et dans mes griffes. Je voulais sentir la mort les avaler.




© Jawilsia sur Never Utopia


_________________






-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lgdc-remember.forumactif.org/
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Petite Braise.    

Revenir en haut Aller en bas
 

Petite Braise.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Petite Braise / Nuage de Braise / Plume de Braise.
» Pas à pas, tu comprendras - Petite Braise
» Une petite détour aux sources [ PV - Hentaï ]
» Petite histoire aux grandes aventures :D
» Une petite histoire ... pour se remonter le moral !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Guerre des Clans Remember :: Pour pénétrer nos terres :: Raconte-nous ton histoire ...-